Publié le : 17 juin 20193 mins de lecture

« Ce n’est pas un produit de santé », « aucune preuve d’efficacité »,  » pas une aide au sevrage tabagique »… Voila les arguments habituels des opposants à la cigarette électronique. Or une étude observationnelle paru le 5 décembre 2012 nous révèle que    « l’usage de la cigarette électronique entraîne de façon significative une forte diminution du tabagisme chez 72% des fumeurs».

Une diminution de 72%

Au Centre d’examens de santé de Périgueux, Cent fumeurs déclarant ne pas souhaiter cesser le tabagisme dans l’immédiat ont accepté d’utiliser une cigarette électronique d’entrée de gamme durant trois mois.. La consigne était de « vapoter », au lieu de fumer du tabac. Ils gardaient la possibilité d’alterner les deux pratiques. Soixante-quatorze de ces volontaires ont suivi le protocole. Résultat, au bout du trimestre « 72% ont fortement diminué leur consommation et 11% ont totalement arrêté de fumer.  ». Il s’agit là de résultats très positifs, démontrant que la cigarette électronique permet à la majorité des « vapoteur » d’arrêter de fumer, ou du moins de réduire fortement l’usage du tabac.

La première étude réalisée

Pour le Dr Jacques Granger, président du Comité départemental des Maladies Respiratoires de Dordogne, il s’agit là de la première pierre de travaux nécessaires. « Bien que réalisée avec des moyens limités, cette première étude menée en France confirme le potentiel de la cigarette électronique pour la protection de la santé des fumeurs (…) On ne peut à la fois reconnaître que le tabac est la première cause de décès évitables et ne faire aucune étude sur la cigarette électronique » commente-t-il.

Source – Etude Observation de l’acceptation de la cigarette électronique Résultats à trois mois, Comité départemental des maladies respiratoires de la Dordogne, 5 décembre 2012 .